Mardi 26 septembre 2017

Le renouveau (Esdras 3,1-7)


Lire le texte

Cyrus, roi de Perse, a donné les moyens aux hommes pour bâtir le nouveau temple selon les règles. Les hommes s’unissent et ne font qu’un. Ils sont portés par le vent du renouveau. Tous, nous savons combien il est long et difficile le chemin de la construction alors qu’un seul instant suffit pour démolir. Pendant que quelques-uns s’arment pour élever des murs, d’autres s’assemblent et peinent pour construire des ponts. En ce sens, nous rejoignons une citation que l’on prête à Isaac Newton: «Les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts.» Des murs, des ponts… Il existe de subtiles frontières qui séparent sans désunir. Dans l’art de la composition des jardins ou de l’aménagement des campagnes, on a creusé des sauts-de-loup. Ils retardaient les assaillants puis ils limitaient les propriétés, sans enlaidir l’environnement ni rompre la perspective. Dresser des murs entre les populations n’est qu’un échec, celui de l’humanité. Heureusement, pendant ce temps-là, d’autres avancent vers leurs semblables. C’est la force de la vie. Elle s’épanouit ainsi, en silence. Ni rien ni personne ne peut empêcher le regard de porter au-delà de ces murs. Il existe une espérance pour le peuple de Dieu. Le roi Cyrus l’a donnée au peuple hébreu. Pourquoi s’arrêterait-il là?

François Rousselle

Prière: Seigneur, ouvre des brèches dans nos murs. Que la vie développe ses racines et s’épanouisse au-delà de tout obstacle. Laisse la fleur s’épanouir et régaler notre entourage de ta présence. Ouvrons les portes à l’espérance.  

Référence biblique : Esdras 3, 1 - 7

Commentaire du 27.09.2017
Commentaire du 25.09.2017